Salade Macédoine

Salade Macédoine

Quelques fois, même le plus avisé des géographes peut confondre certains pays. Dans certains cas, le nom même des pays n’aide pas.

Si la Macédoine n’a pas grand chose à voir avec l’empire macédonien d’Alexandre le Grand, il est un cas en Afrique qui prête à sourire ou soupirer, au choix : les deux Congo.

Macédoine

Avant de revenir sur ce cas africain, parlons aujourd’hui d’abord de la Macédoine, incarnation d’un des rares cas de lien entre cartographie et cuisine que je connais : la salade macédoine !

Le nom de cette salade est célèbre. Même en anglais, on utilise l’appellation « Macédoine » ou « Macédoine de légume » (en français dans le texte) pour désigner cette salade. Ce nom a pour origine les cartes sur la répartition ethnique de la Macédoine au XIXe siècle, dont voici un exemple :

C’est ce mélange de couleurs qui a inspiré le nom de la salade.

Mais le nom même de la Macédoine est aujourd’hui à l’origine d’un imbroglio diplomatique qui, s’il peut prêter à sourire de notre point de vue, ne fait pas rire du tout dans les Balkans. Macédoine est un nom grec (Μακεδονία ou Makedonía en grec ancien) dont l’étymologie fait débat chez les historiens. Cela dit, l’hypothèse la plus communément retenue est celle du dérivé du mot μακεδνός (makednós) signifiant grand ou haut, décrivant les habitants qui soit étaient grands, soit habitaient en altitude.

Le nom est devenu célèbre jusqu’à devenir le nom d’un empire dont la plus illustre figure fut bien sûr Alexandre III de Macédoine (Ἀλέξανδρος Γ’ ὁ Μακεδών) dit Alexandre le Grand.

Cet empire a donné son nom à une région géographique de la péninsule des Balkans et dispose aujourd’hui d’un héritage culturel et historique lié à ce glorieux passé. Le soucis, c’est que deux états revendiquent ce passé : la Grèce et … la Macédoine.

ARYM

La Grèce en est l’héritière légitime. Elle est dans la continuité historique et culturelle de la Macédoine antique qui était hellénique. L’une des subdivision administrative de la Grèce porte d’ailleurs déjà ce nom. L’état de Macédoine, majoritairement slave, ne comprends qu’une toute petite partie de la Macédoine antique. Il est « simplement » l’héritier de la république yougoslave de Macédoine (République socialiste de Macédoine) qui est devenue indépendante en 1991. La Grèce a alors immédiatement posé un veto sur son nom officiel et obtenu qu’il soit : Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM) ou Former Yougoslavic Republic Of Macedonia (FYROM) en anglais. Mais la Macédoine (ARYM) peut tout de même utiliser le nom de Macédoine, ce que les grecs acceptent difficilement. L’enjeu, aussi bien du côté grec que macédonien, est de récupérer tous les symboles associés à la Macédoine antique (dont Alexandre le Grand) à des fins touristiques et/ou culturelles (l’aéroport de Skopje, capitale de la Macédoine (ARYM) porte déjà le nom d’Alexandre le Grand).

La Macédoine antique et les frontières actuelles.

Pour illustrer cette situation, prenons un exemple local (avec toutes les limites qu’offrent cette comparaison). C’est comme si le Roussillon (autour de Perpignan) devenait indépendant sous le nom de Catalogne, en dépit de la Catalogne « espagnole » et de Barcelone (la capitale historique de la Catalogne).

Des années après l’indépendance, le nom du pays reste un sujet très sensible : en 2008 la Grèce met son veto à l’entrée de la Macédoine dans l’Otan. C’est la première fois que l’entrée d’un état est refusée à un tel stade du processus d’adhésion. Aujourd’hui la tension est toujours vive, en témoignent ces athlètes grecques qui refusent de jouer en Macédoine ou encore Yannis Mouzalas, ce ministre grec presque contraint de démissionner pour avoir appeler la Macédoine par son nom simple (sans mentionner « Ancienne République Yougoslave de -« .

Macédoine-Vadarska ?

Néanmoins les macédoniens, conscients que ce problème bloque leur admission à l’OTAN et à l’ONU, tentent de calmer le jeu et proposent à la Grèce de travailler de concert pour un nom qui fasse consensus. Un nom composé comprenant Macédoine pourrait faire l’affaire : Nouvelle-Macédoine, Macédoine-Septentrionale ou encore Macédoine-Vadarska (du nom du principal cours d’eau traversant le pays).

La balle est dans le camp de la Grèce.

 

 

 

Nathan

1 comment so far

Démocratie • 21MapsPosted on10:56 - Sep 5, 2017

[…] l’article sur la Macédoine qui illustrait la confusion que peut générer le nom d’un pays, je vais évoquer le cas le […]

Leave a Reply