La Vénétie et la tentation de l’indépendance ?

La Vénétie et la tentation de l’indépendance ?

Hier (22 octobre 2017), les habitants de deux régions italiennes, la Lombardie et la Vénétie, sont passés aux urnes pour gagner plus d’autonomie par rapport à l’état central, comme le permet leur constitution. Le oui l’a emporté dans les deux cas. Ces deux régions rejoindront la Vallée-d’Aoste, la Sardaigne, la Sicile, la Frioul-Vénétie julienne et le Trentin-Haut-Adige en tant que région italienne à statut spécial (regione italiana a statuto speciale en italien).

Je reparlerai sans doute prochainement du cas atypique, pour nous français, de la Vallée-d’Aoste et plus globalement du Trentin-Haut-Adige. Mais pour le moment nous allons nous concentrer sur la Vénétie.

 

 

Localisation de la République de Venise (en rose) et de la région actuelle de Vénétie (pointillés noirs).

En plus d’avoir l’un des drapeaux les plus complexes et le plus beau de la planète, la Vénétie est une région à part en Italie. En effet, elle est l’héritière de la Sérénissime, la célèbre République de Venise. Cette république fut un état indépendant durant plus d’un millénaire jusqu’à sa défaite face à Napoléon en 1797 et sa disparition à la suite du traité de Campo-Formio. Les parisiens auront reconnu ici le nom d’une station de métro (ligne ➎) et pourront donc l’associer à la Vénétie.

La Sérénissime

Auparavant, la République de Venise a joui d’une certaine aura, d’une puissance et d’un rayonnement culturel indéniablement rattaché à sa capitale Venise. L’existence d’une langue locale propre (le vénitien) fait émerger l’idée d’une comparaison avec la Catalogne, l’actualité aidant.

Catalogne italienne ?

Hier, la frénésie journalistique sur ce référendum a été telle que j’ai eu beaucoup de mal à trouver ne serait-ce qu’un seul article en parlant qui ne mentionnait pas également la Catalogne. Bien souvent, comme pour rassurer, le journaliste explique alors toutes les différences entre les deux situations. Il est tout à fait vrai que la situation n’est pas la même. Si pour la Catalogne le référendum n’était pas reconnu par l’état central, en Italie il l’était. D’autre part, le motif même de cette votation n’était pas la même : indépendance contre plus d’autonomie. Enfin, le sentiment d’appartenance nationale pour l’Espagne est beaucoup plus faible en Catalogne qu’il ne l’est pour l’Italie en Vénétie. Les vénitiens n’ont pas non plus l’esprit de trahison ou de méfiance historique qu’ont les catalans face aux espagnols, qui les ont conquis par les armes et le sang. La Vénétie a été vaincue par les français. C’était une nation exsangue qui a par la suite rejoint l’Italie, en 1866, par … référendum.

Ceci étant…

Ceci étant, le sentiment d’appartenance culturel est assez prégnant et les rares sondages d’opinions sur l’indépendance de la Vénétie montrent un soutien majoritaire à cette dernière (alors qu’en Catalogne, les mêmes sondages sont plus mesurés). En janvier 2013, le soutien pour l’indépendance de la Vénétie était de 57 % ! Et comme la Catalogne, la Vénétie est une région riche disposant d’une assise économique sûre permise par le tourisme. Quel que soit le pays où se situe Venise, la ville restera incroyablement attirante pour les touristes du monde entier. Barcelone a le soucis d’avoir un adversaire démographique, économique et surtout politique en la personne de Madrid, capitale de l’Espagne. Venise n’a pas le même soucis, Rome n’étant pas la capitale économique de l’Italie, ce rôle étant pris par Milan en Lombardie. Etant donné que la Lombardie est l’autre région concernée par le référendum d’hier, cela laisse présager d’un avenir qui se construira beaucoup moins dans la confrontation qu’en Espagne.

La présence politique de partis nationalistes est assez ancienne et il existe une vraie opposition civile à la nation italienne.

Affiche vue en 2009 en Vénétie.

Enfin, un dernier point non négligeable pour comprendre ce qui se passe autour de la Lagune : la Vénétie moderne.

Les Vénéties

Localisation de la Frioul-Vénétie julienne (entourée par des pointillés à l’est de la Vénétie).

Certes, comme mentionné en introduction, la région de Vénétie est l’héritière de la République de Venise. Mais il y a en réalité plusieurs Vénéties. Celle dont parle cet article est située autour de Venise. Mais Vénétie peut également désigner la région de Frioul-Vénétie julienne qui dispose déjà d’une autonomie depuis 1963. L’absence d’un statut commun pour les deux régions empêchait ou du moins ralentissait toute réflexion de fond sur l’avenir de la « grande » Vénétie. Comme les deux régions vont avoir le même statut d’autonomie, le sentiment nationaliste sera beaucoup plus perméable entre les deux régions et il sera beaucoup plus facile pour une entité politique d’envisager leur avenir.

Dans les paroles, les vénitiens sont plus enclins à devenir indépendants que les catalans ou les écossais. Mais leur confort et surtout l’absence de réel dénigrement de la part de Rome pourrait néanmoins faire peur aux votants le jour d’un référendum pour l’indépendance. Ce même « saut vers l’inconnu » qui a sans doute fait peur aux écossais en 2014. De ce fait, il est difficile de jouer au futurologue quand à l’avenir de la Vénétie. Elle pourrait très bien accéder beaucoup plus simplement et pacifiquement à l’indépendance que bien des régions d’Europe, comme elle pourrait continuer sa vie au sein de la république italienne, jouissant fièrement de sa nouvelle autonomie.

La Vénétie sera l’une des premières cartes qui sera réalisée en italien par 21Maps dans la catégorie Comme un Pays.

 

Nathan

Leave a Reply