Toutes

Le monde à l’envers — ou pourquoi le nord est en haut d’une carte.

Il est des choses auxquelles on ne pense pas, il est des conventions tellement ancrées qu’on ne réfléchit que trop rarement à leur origine. Faire la bise pour dire bonjour, conduire sur le côté droit de la route, lever le pouce pour marquer une approbation, un support, ou encore quelque chose que tout écolier passé par un cours de géographie connaît : le nord est toujours en haut sur une carte.

S’il s’agit bien d’une convention universelle, c’est faux : le nord n’est pas et n’a pas toujours été en haut.

Orientis supra

Jusqu’au moyen-âge, il n’existait pas de règles.
Les cartes les plus célèbres en Europe étaient les cartes dites en T-O (Terrarum Orbis) représentant l’écoumène (monde connu) d’alors dans une façon extrêmement influencée par la mythologie et la foi judéo-chrétienne.

Démocratie

Après l’article sur la Macédoine qui illustrait la confusion que peut générer le nom d’un pays, je vais évoquer le cas le plus emblématique et le plus absurde de tous. Une carte vaut toujours mieux qu’un long discours :

La République du Congo (à gauche, en vert) et la République Démocratique du Congo (au centre, en rose).

Le Congo

La République du Congo et la République Démocratique du Congo sont deux pays d’Afrique équatoriale. Ils sont (comme leur nom l’indique) situés le long du fleuve Congo, de part et d’autre sur son cours inférieur. De ce fait, la seule chose qui différencie le nom des deux états est l’ajout du terme « démocratique » sur le plus grand des deux. Hélas, comme bien souvent, cet adjectif ne correspond pas à la dure réalité vécue par ses habitants.

Salade Macédoine

Quelques fois, même le plus avisé des géographes peut confondre certains pays. Dans certains cas, le nom même des pays n’aide pas. Si la Macédoine n’a pas grand chose à voir avec l’empire macédonien d’Alexandre le Grand, il est un cas en Afrique qui prête à sourire ou soupirer, au choix : les deux Congo.

Macédoine

Avant de revenir sur ce cas africain, parlons aujourd’hui d’abord de la Macédoine, incarnation d’un des rares cas de lien entre cartographie et cuisine que je connais : la salade macédoine !

Celui qui tient la plume (ou comment bien faire une mappemonde)

Je travaille en ce moment sur la réalisation de mappemondes. Ce travail m’a donné l’occasion de me confronter à certaines « règles ». Comme tout média d’information, la cartographie n’échappe pas au bon vouloir de son rédacteur qui reste seul maître à bord. Si certaines règles évidentes sont à respecter, d’autres sont beaucoup plus libres.

Présentation de Metrolife


Metrolife est une représentation cartographique de votre vie à des fins décoratives. Cette carte illustre à un instant ‘T’ ce que vous voulez montrer de votre vie à la façon artistique des plus célèbres plans de métro du monde.
Puisqu’un exemple vaut mieux que mille discours, voici le modèle test que j’ai réalisé :

Metrolife New York

 

Carte de démonstration de Metrolife NewYork

(cliquez pour agrandir)

Il s’agit ici pour les besoins de l’exercice de la représentation totalement imaginaire d’un couple américano-canadien dans le type du Métro de New York. Pourquoi New York ? C’est l’un des plans les plus emblématiques : il réussi la prouesse de rendre lisible un réseau qui ne l’est pas (de mon point de vue de géographe, le métro de New York est une absurdité en terme d’ergonomie et de gestion des déplacements).

Exemple issu du plan du métro de New York.

123