Archive de l’étiquette Mappemonde

Nix & Æther

Je vous présente mes deux dernière réalisations symbolisées par le noir et blanc : Nix et Æther.

Black or White

Ou plutôt symbolisées par le noir ET le blanc voire même par le noir OU le blanc puisqu’il s’agit d’un diptyque. Les cartes en noir et blanc existent, des jolies cartes aussi. Mais peut existent mettant en exergue soit l’une couleur ou l’autre. C’est le défi que je me suis lancé. La tâche n’était pas facile car mes cartes présentent énormément de détail différents (villes, capitales, cours d’eau, montagnes, pays, îles etc.) chacun ayant des labels* associés. Sur une mappemonde standard, la couleur est d’une très grande aide pour différencier tout et éviter une impression de surcharge (préjudisciable pour la lisibilité et donc l’esthétisme de la carte).

Partir dans une carte monochrome est donc périlleux et j’ai du m’y reprendre à plusieurs reprise pour trouver une harmonie de gris foncés et de gris clairs.

Mappemonde Nyx

 

Mappemonde Æther

Sombre.

Au final les cartes sont belles. La carte noire est baptisée Nyx du nom de la personnification de la nuit dans la mythologie grecque. Les masses continentales sont d’un gris sombre tranchant malgré tout avec un gris à peine plus clair grâce à une ligne de côte qui l’est encore plus. Les rivières (et leurs labels) reprennent la couleur de la ligne côtière. Les labels de l’océan reprennent la couleur de la terre. Les noms des pays sont eux blancs, leur noms illuminant cette carte sombre comme la nuit. Pour autant, elle reste remarquablement bien lisible et le rendu final font que cette carte devienne immédiatement l’une de mes préférées.

Son impression sur papier lui donne un effet mat remarquable. Malheureusement, comme toute carte sombre, l’impression d’encre noire sur du papier laisse apparaître des traces inévitables lors de sa manipulation (y compris par l’imprimante). Ces traces, visibles de près, m’interdisent de pouvoir la vendre ainsi et c’est sur du papier gloss de haute-qualité que je vais proposer cette carte à la vente au prix de 74,21€. Cependant, sur demande et au risque et péril de l’acheteur, la carte sur papier standard sera possible.

Éblouissante

La carte blanche a été baptisée Æther, du nom de la personnification de la lumière dans la mythologie grecque. À l’opposé de Nyx, cette carte ressemble à un rectangle blanc de loin. Ou du moins gris clair. L’océan est blanc et les masses continentales sont d’un gris qui paraît beaucoup plus foncé. En réalité, il s’agit d’un gris très très clair (3,1,1,0 en CMJN). Noms de pays et montagnes sont des gris moyens et l’ensemble est lui aussi très harmonieux et donne un air très épuré presque lumineux à l’ensemble.

L’objectif fixé par la réalisation de ces deux carte est rempli. Elles ouvrent en outre des perspectives intéressante. Un ajout de touches rouges sur Nyx lui donnerait un aspect menaçant, du jaune sur Æther lui conférerait un aspect presque angélique.

Si elles iront chacune très bien dans des pièces colorées, Nyx est parfaite pour une pièce claire, Æther pour une pièce sombre.
Elles sont d’ores-et-déjà disponibles sur ma boutiques ETSY :

 

 

 

 

 

* un label est simplement le texte placé sur la carte.

Les frontières

La plupart des articles suivants parleront du même thème. Un thème incontournable quand on est géographe, omniprésent même. Il participe à la définition de chaque zone géographique, apparaît sur les cartes, est perméable ou non à certains concepts, à certaines idées. Il a diverses définition, est parfois nié, parfois oublié. Certaines idéologies prônent sa non-existence, d’autres radicalement opposées louent son existence et en souhaitent un contrôle durcis : son nom est donné dans le titre de l’article, il s’agit des frontières.

Tête et front

Rappelez-vous de la précédente série sur les capitales (http://21maps.com/das-kapital). « Capitale » est issu du terme « caput » signifiant « tête ». La frontière vient du mot « front » et désignait le front … d’une armée. Au XIIIe siècle, ce terme désignait une place fortifiée servant de défense à un territoire. Ce n’est qu’au XVIe siècle que le terme acquiert son sens moderne : limite qui, naturellement, détermine l’étendue d’un territoire ou qui, par convention, sépare deux États -CNRTL).

Les frontières ne se ressemblent pas

Les frontières sont multiples. Elles sont de diverses sortes : naturelles (le fleuve Prout correspond à l’intégralité de la frontière entre Roumanie et Moldavie) ou artificielles (la quasi-totalité des frontières de L’Égypte).

Les frontières de l’Égypte.

Elles peuvent être courtes (à peine plus d’un kilomètre entre la Grande-Bretagne et l’Espagne à Gibraltar) ou extrêmement longues (plus de 5000 km entre l’Argentine et le Chili).

Elles peuvent être simples et rectilignes (deux simples lignes droites séparent la Lybie du Tchad) ou tortueuses (comme la frontière entre la Suisse et l’Allemagne autour de Schaffhouse).

Frontière CH/DE au niveau du canton de Schaffouse.

Elles peuvent être fines et perméables (frontières entres les états de l’UE) ou larges et imperméables (4 km de largeur entre les deux Corées). Elles peuvent être anciennes (700 ans pour Saint-Marin) ou relativement récentes (quand un pays devient indépendant).

 

Mais certaines sont surtout extrêmement atypiques, étonnantes, historiquement fortes et mériteront que des articles spécifiques y soient consacrés. Nous parlerons des enclaves, des bizarreries historiques qui demeurent aujourd’hui, des frontières qui n’ont ni queue ni tête, de celles qui existent de jure mais non de facto. Nous ferons le tour de quelques records (car aucune frontière mentionnée plus haut n’est détentrice du record dans sa catégorie). Bref, les sujets ne manquent pas et j’espère qu’ils vous tiendront en haleine.

 

Cette page sera mise à jour au fur et à mesure de la parution des articles :

 

 

Blade Runner

Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

En voilà une question ! Qu’en pensez-vous ?

Pour les amateurs de science-fiction, cette question résonne bien fort. C’est ce roman, œuvre du prolifique auteur de science fiction Philip K. Dick, qui fut adapté au cinéma sous le nom de Blade Runner.

Cyberpunk

Le film Blade Runner eut un succès assez mitigé lors de sa sortie en 1982 mais obtint, par sa justesse technique ainsi que par d’autres points qu’un cinéphile détaillerait mieux que moi, un statut assez mythique et iconique. Je vous renvoie aux articles du fossoyeur de film ou de Visio Mundus à ce sujet. Le film et son univers sont souvent cités parmi les œuvres les plus influentes de la science-fiction. Ils donnèrent ses titres de noblesse à l’univers du Cyberpunk. Ce sous genre de la science-fiction est caractérisé par un environnement dystopique prenant place dans un futur proche.

Jusque là, aucun lien avec la Géographie.

Petit jeu : quelle est la bonne taille des pays ?

Lieselot Lapon, du Département de Géographie de l’Université de Gand (en Belgique) a réalisé un petit jeu afin de déterminer à quel point notre carte mentale est correcte.

Nous avons tous dans notre tête une carte mentale, avec par exemple une idée plus ou moins précise de la forme des pays. Pour la plupart d’entre vous, familiers ou non de la géographie, il n’est pas besoin de mettre une légende sous l’image suivante.

Notre cerveau retient les formes, mais également les tailles. Comme le jeu nous le montre, ce n’est qu’à peu près le cas.

Le principe du jeu est simple. Il s’agit d’adapter, à l’aide de deux boutons, la taille des pays afin de correspondre à la réalité géographique. Pour ma part, bien que travaillant sur des mappemondes depuis des mois, je n’ai eu « que » 81 % de précision. L’exercice est difficile mais très intéressant. Il nous permet de bien étudier la perspective et le rapport de taille entre les pays, souvent déformés par la projection.

À vous d’essayer ici : http://www.maps.ugent.be/

 

 

Carte du monde des Aéroports

La prochaine carte réalisée par 21maps représente les principaux aéroports de part le monde.

La suggestion m’a été faite par une hôtesse de l’air suite à sa commande d’une carte personnalisée 21maps. Les échanges lors de la personnalisation ont tourné autour des villes (et aéroports) qu’elle fréquente dans le cadre de son travail.

Le monde à l’envers — ou pourquoi le nord est en haut d’une carte.

Il est des choses auxquelles on ne pense pas, il est des conventions tellement ancrées qu’on ne réfléchit que trop rarement à leur origine. Faire la bise pour dire bonjour, conduire sur le côté droit de la route, lever le pouce pour marquer une approbation, un support, ou encore quelque chose que tout écolier passé par un cours de géographie connaît : le nord est toujours en haut sur une carte.

S’il s’agit bien d’une convention universelle, c’est faux : le nord n’est pas et n’a pas toujours été en haut.

Orientis supra

Jusqu’au moyen-âge, il n’existait pas de règles.
Les cartes les plus célèbres en Europe étaient les cartes dites en T-O (Terrarum Orbis) représentant l’écoumène (monde connu) d’alors dans une façon extrêmement influencée par la mythologie et la foi judéo-chrétienne.

12