Géographie

Ces pays qui n’existent que dans le sport !

16 février 2018, Tucker Murphy termine 108e de l’épreuve reine de ski de fond des jeux de la 23e Olympiade d’hiver, les Jeux olympiques d’hiver de 2018 à Pyeongchang, grand’messe du sport d’hiver, qui battent leur plein en ce moment. Tucker Murphy est l’unique athlète représentant les Bermudes ; « nation » qui, comme les 81 autres, se battent pour essayer de rivaliser avec la Norvège, le pays le plus médaillé de l’histoire des Jeux olympiques d’Hiver et ayant remporté le plus de médailles d’or aux précédents jeux de Sochi (2014).

En réalité, il s’agit de « nations » reconnues par le Comité International Olympique (C.I.O.) mais qui ne correspondent pas au 193 pays indépendants reconnus par les Nation Unies. Dans le monde du sport, c’est une chose que l’on retrouve assez souvent. Lors des compétitions majeures, apparaît sur la liste des nations reconnues par les fédérations internationales des pays qui n’existent pas ou, tout du moins, qui ne sont pas indépendants ou unilatéralement reconnus et, théoriquement, devraient/pourraient participer pour une nation « mère ». C’est le cas des Bermudes, représentés par Tucker Murphy qui sont une dépendance du Royaume-Uni de Grande-Bretagne

Petit jeu : quelle est la bonne taille des pays ?

Lieselot Lapon, du Département de Géographie de l’Université de Gand (en Belgique) a réalisé un petit jeu afin de déterminer à quel point notre carte mentale est correcte.

Nous avons tous dans notre tête une carte mentale, avec par exemple une idée plus ou moins précise de la forme des pays. Pour la plupart d’entre vous, familiers ou non de la géographie, il n’est pas besoin de mettre une légende sous l’image suivante.

Notre cerveau retient les formes, mais également les tailles. Comme le jeu nous le montre, ce n’est qu’à peu près le cas.

Le principe du jeu est simple. Il s’agit d’adapter, à l’aide de deux boutons, la taille des pays afin de correspondre à la réalité géographique. Pour ma part, bien que travaillant sur des mappemondes depuis des mois, je n’ai eu « que » 81 % de précision. L’exercice est difficile mais très intéressant. Il nous permet de bien étudier la perspective et le rapport de taille entre les pays, souvent déformés par la projection.

À vous d’essayer ici : http://www.maps.ugent.be/

 

 

Carte du monde des Aéroports

La prochaine carte réalisée par 21maps représente les principaux aéroports de part le monde.

La suggestion m’a été faite par une hôtesse de l’air suite à sa commande d’une carte personnalisée 21maps. Les échanges lors de la personnalisation ont tourné autour des villes (et aéroports) qu’elle fréquente dans le cadre de son travail.

Irrédentisme et Canada Tropical

Le Canada est le deuxième pays le plus étendu de la planète.

Il bénéficie d’une image d’Épinal basée sur la neige, le froid et les étendues glacées.

Parc national de Banff – Crédit photo inconnu.

Pourtant, si les politiques extérieures du Canada, du Royaume-Uni et localement des Turques-et-Caïques s’entendent, le Canada pourrait être, un jour, associé à une image plus tropicale, sans que le réchauffement climatique y soit pour quoi que ce soit.

Turques-et-Caïques – Image wallup

Et ce, en raison de l’irrédentisme des turks, les habitants des îles Turques-et-Caïques.

Le monde à l’envers — ou pourquoi le nord est en haut d’une carte.

Il est des choses auxquelles on ne pense pas, il est des conventions tellement ancrées qu’on ne réfléchit que trop rarement à leur origine. Faire la bise pour dire bonjour, conduire sur le côté droit de la route, lever le pouce pour marquer une approbation, un support, ou encore quelque chose que tout écolier passé par un cours de géographie connaît : le nord est toujours en haut sur une carte.

S’il s’agit bien d’une convention universelle, c’est faux : le nord n’est pas et n’a pas toujours été en haut.

Orientis supra

Jusqu’au moyen-âge, il n’existait pas de règles.
Les cartes les plus célèbres en Europe étaient les cartes dites en T-O (Terrarum Orbis) représentant l’écoumène (monde connu) d’alors dans une façon extrêmement influencée par la mythologie et la foi judéo-chrétienne.

La Vénétie et la tentation de l’indépendance ?

Hier (22 octobre 2017), les habitants de deux régions italiennes, la Lombardie et la Vénétie, sont passés aux urnes pour gagner plus d’autonomie par rapport à l’état central, comme le permet leur constitution. Le oui l’a emporté dans les deux cas. Ces deux régions rejoindront la Vallée-d’Aoste, la Sardaigne, la Sicile, la Frioul-Vénétie julienne et le Trentin-Haut-Adige en tant que région italienne à statut spécial (regione italiana a statuto speciale en italien).

Je reparlerai sans doute prochainement du cas atypique, pour nous français, de la Vallée-d’Aoste et plus globalement du Trentin-Haut-Adige. Mais pour le moment nous allons nous concentrer sur la Vénétie.